Genet à Tanger

Guillaume de Sardes
couverture

Début des années 70. Couché sur le dos, Jean Genet est dans son grand lit de l’hôtel Minza, en pyjama. Il est petit, la soixantaine passée, ni laid, ni beau : une calvitie, un nez écrasé de boxeur, de petits yeux un peu trop rapprochés. Il a un bras sous la tête, l’autre le long du corps. Sa main est posée à plat sur le matelas. Tenue entre l’index et le majeur une cigarette fume traçant dans l’air immobile un serpent blanc. À côté de lui, un livre ouvert de Gérard de Nerval et un journal froissé. La lumière filtre à travers les persiennes. Genet regarde le jeu du soleil sur le plafond blanc de la chambre. La voix égale du muezzin récite la prière de la mi-journée (adh-dhouhr). Sa voix flotte comme un fil d’or, Genet l’écoute, immobile. Il est à Tanger. Il n'écrit plus depuis des années. Il ne cherche qu'à meubler le poids de ces heures vides. Mais peut-être l'essence même de la littérature est-elle l'attente?

La presse en parle
Art critique
« La description et l’analyse de l’attente, érigée en mode de vie, d’un dandy canaille font la beauté de cet essai. Car c’est bien un état d’âme, un état de vacance que Guillaume de Sardes fait ressentir au lecteur (...). » - Alix Agret
Plus de livres du même auteur
couverture-de-livre

La dernière passion de Son Éminence

Guillaume de Sardes

21/08/2008

couverture-de-livre

Les Marocains

Guillaume de Sardes, Leila Alaoui

10/09/2018

couverture-de-livre

Moroccans

Guillaume de Sardes, Leila Alaoui

10/09/2018

2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.