Le Ciné-capital : D'Hitchcock à Ozu

Une lecture marxiste de Cinéma de Gilles Deleuze

Jun Fujita
couverture

«  L’argent est l’envers de toutes les images que le cinéma montre et monte à l’endroit  » écrit Gilles Deleuze dans le deuxième volet de Cinéma. Le capital est toujours derrière le cinéma. Le Capital hante Cinéma du début à la fin. C’est donc une lecture marxiste du diptyque composé de L’Image-mouvement et L’Image-temps que propose Jun Fujita dans Ciné-capital

Comment fonctionne le mode de production ciné-capitaliste  ? Comment celui-ci fait-il produire de la plus-value aux images  ? Pourquoi et comment s’approprie-t-il le travail même du spectateur  ? En quel sens peut-on soutenir qu’Eisenstein et Hitchcock ont anticipé l’arrivée de la New Economy des années 1990 (dématérialisation du travail et financiarisation de l’économie)  ? Quand et comment les images s’insurgent-elles contre l’exploitation ciné-capitaliste  ? Comment se mettent-elles à valoir pour elles-mêmes  ? Pourquoi le cinéma politique, depuis Straub et Huillet, a-t-il cessé de privilégier le tournage au bord de la mer  ? Qu’est-ce qui permet à Deleuze d’affirmer qu’Ozu est un cinéaste de gauche  ? Telles sont quelques-unes des questions abordées dans Ciné-capital.

2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.