Dante et Beckett

Jean-Pierre Ferrini, Jacqueline Risset
couverture

Samuel Beckett n’a cessé de lire Dante depuis ses années d’études à Dublin jusqu'à sa mort, en 1989. Sa lecture n’est pas critique  : elle est une source, une énergie qui apparaît, disséminée dans ses livres, avec une régularité exemplaire. Elle opère un déplacement de La Divine Comédie. Les coups et les cris que Dante entend derrière la porte de son Enfer ne finissent pas. Ni le Purgatoire ni le Paradis ne peuvent les apaiser. «  Ô frère,  aller là-haut, qu’importe  ?  » Une question qui traverse ce livre, comme les deux pôles d’un méridien, et qui renouvelle notre lecture de Beckett.

Bien que de nombreuses études aient déjà traité du rapport entre Dante et Beckett, aucune encore n'avait proposé un inventaire exhaustif des emprunts de l’un à l’autre ni abordé dans son ensemble cette seconde grande influence, la première étant celle de James Joyce. Ce livre en représente la tentative.

Plus de livres du même auteur
couverture-de-livre

Dante et Beckett

Jean-Pierre Ferrini

27/11/2003

couverture-de-livre

Dante et les écrivains

Jean-Pierre Ferrini, Sara Svolacchia

15/12/2021

couverture-de-livre

Lectures de Dante

Jean-Pierre Ferrini

13/02/2006

2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.