L'aveu dans les traditions occidentales accusatoire et inquisitoire

Alexandre Stylios
couverture
Cet ouvrage est consacré à l’étude de l’aveu dans les traditions pénales occidentales accusatoire et inquisitoire depuis le pré-droit grec jusqu’à nos jours. Avant d’être une règle de preuve et de devenir une pièce autonome de procédure, l’aveu a d’abord été un outil exploratoire de l’individu en philosophie avant que la religion s’en empare comme un dispositif de contrôle des âmes. L’aveu juridique a donc été précédé d’un aveu moral dont il ne s’est jamais vraiment départi. Bien qu’ils partagent des racines communes, les systèmes accusatoire et inquisitoire  ont établi des règles différentes à son égard. Dans la procédure accusatoire, issue de la tradition de common law, l’aveu poursuit certes un objectif de vérité à l’instar de la procédure inquisitoire. Mais, contrairement à cette dernière, il a dû répondre très tôt à un impératif de fiabilité, conduisant à la création de règles de preuve et de procédure qui ont ainsi permis de limiter, du moins en apparence, sa fonction politique. Cette différence de traitement de l’aveu dans les deux systèmes ne peut se comprendre que dans le cadre d’un récit historique et les droits qui le concernent ne peuvent vraiment s’apprécier qu’avec l’apport de connaissances qui lui sont extérieures. L’auteur mobilise à cet effet de nombreuses sources multidisciplinaires, juridiques d’abord, mais aussi relevant des sciences humaines et sociales, comme la philosophie, la théologie, la psychologie et l’histoire.
2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.