Madeleine Bernard - La Songeuse de l'invisible

Marie-Hélène Prouteau
couverture
Cette jeune fille de dix-sept ans pleine de charme que peint un Gauguin amoureux, c’est Madeleine Bernard. Elle n’est pas un  modèle comme les autres. En cet été 1888, la jeune fille est la muse de Pont-Aven. D’autres l’ont peinte, dont Émile Bernard, son frère. Née à Lille en 1871, Madeleine est d’une grande beauté et d’une vive intelligence. Elle voit naître sous ses yeux la formidable aventure de l’art post-impressionniste. Sur les bords de Seine à Asnières, à Saint-Briac, à Montmartre, elle est présente, sans être artiste elle-même ; rencontre Odilon Redon, Van Gogh, grand ami de son frère. Elle s’intéresse à la peinture. Mais aussi à la théosophie, aux spiritualités orientales. Entre ce frère rebelle si doué et une mère tyrannique, il lui faut trouver sa place de femme. Elle aspire à la liberté, choisit de travailler. Supporte mal ce milieu superficiel des ateliers de couture. Au fond, c’est une âme mystique, tendue vers l’invisible. Qui est Madeleine qui mourra à vingt-quatre ans ? Cette jeune femme qui ose poser une rupture radicale avec sa vie d’avant en s’enfuyant à Genève loin des siens ? Sa vie y prendra un tournant romanesque en croisant celle de la jeune Isabelle Eberhardt et de son frère.

Marie-Hélène Prouteau, qui a eu accès à une correspondance abondante, a tenté de cerner cette personnalité remarquable, complexe, attachante dans ses contradictions.
La presse en parle
"À la littérature"- 7 mars 2021
« Marie-Hélène Prouteau a de la matière. Lettres de Madeleine à Émile Bernard, à ses parents, à sa grand-mère.Lettres à Madeleine d'Émile, de ses parents, de Paul Gauguin, de Charlotte Joliet. Poèmes de M. Desbordes-Valmore [...]Qu'est-ce que cela fait d'être mêlée de près à l'invention d'un mouvement pictural puis à une société cosmopolite à Genève » - Pierre Campion
Presse-Océan - 11 mars 2021
« « Muse et mystérieuse ». Dans La Songeuse de l’invisible, l’auteure dresse la biographie littéraire du modèle des artistes de l’Ecole de Pont-Aven […] Avant de mourir à 24 ans au Caire, cette jeune fille aura eu le temps de rompre avec sa famille, de voyager, de se passionner pour la théosophie et de fasciner Gauguin, Emile Bernard… » - Franck Redois
Camus Diffusion - 15 mars 2021
« Nous sommes plongés dans cet univers sensible et innovant de la peinture [...]. Nous rencontrons ainsi des peintres célèbres maintenant tels que Gauguin, Pissaro, Seurat, Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Signac, Cézanne... [...] Cette biographie passionnante, au style lumineux et alerte, emporte le lecteur dans le tourbillon de ce XIXè finissant » - Hélène Camus
Blog "Histoire de l'art"- 28 mars 2021
« Anticonformiste, Madeleine l’est assurément. Madeleine étudie afin de pouvoir « travailler et avoir un état ». Madeleine écrit à son frère : « Accepte tout de moi. Je ne désire nullement me marier, je ne veux qu’une chose, c’est me rendre indépendante afin de t’aider. » Madeleine, muse moderne d’une peinture avant-gardiste qui bouleverse le regard. » - Jacqueline Duroc, historienne de l'art
Blog Les Découvreurs - 30 mars 2021
« Madeleine Bernard n’est pas seulement un être qui semble « née pour rayonner par sa beauté et son esprit », elle est aussi une de ces âmes dévouées, « servantes au grand cœur », qui ont besoin d’un idéal à servir, quitte à rester dans l’ombre, s’attachant à l’œuvre de ce frère artiste qui échangeait ses tableaux avec les plus grands,dont Van Gogh » - Georges Guillain
Exigence : Littérature - 1er avril 2021
« À la fois documenté et romancé ce travail donne de la chair à l’art, comme le regard de Madeleine fait revivre "Petit garçon au chapeau le fils du marin" qu’elle allait voir dans l’atelier d’Emile[…] imaginer la soif d’autre chose qui les animait, "Haro sur la société industrielle tristement matérialiste, leur credo à tous les deux" écrit l’auteure » - Pierre-Vincent Guitard
Lire à Saint-Brieuc
« Ce livre est un magnifique portrait de Madeleine Bernard, la soeur du peintre post-impressionniste Emile Bernard. Dans cette biographie littéraire extrêmement documentée, précise et finement écrite, le lecteur suit la brève trajectoire de cette personnalité hors du commun, indépendante et spirituellement très exigeante… Héroïne au destin tragique. »
Radio Alternantes - émission 'Bouquins en Bretagne'
« Marie-Hélène Prouteau fait évoluer ses personnages, c’est son travail d’auteur, dans des paysages magnifiques, Pont-Aven, Saint-Briac. Elle se met dans la peau de cette jeune femme d’une grande modernité [….] Jusqu’à l'événement si important, la rupture totale avec sa mère qui lui reproche une supposée relation homosexuelle avec son amie Charlotte. » - Daniel Raphalen
revue Traversées
« S’affirme dans cette biographie littéraire l’approche singulière de la subjectivité de Madeleine. À la lecture, l’on reconnait la langue, les images, l’univers sensible de MH.Prouteau. Madeleine a en commun avec elle de capter les événements minuscules qui appellent la contemplation, font vibrer les paysages, animant la prose poétique de l’auteure » - Corinne Welger-Barboza
Bretagne actuelle
« Cette « jeune femme incandescente » morte à 24 ans fut à la fois muse, modèle et confidente non seulement de son frère et aussi d’autres artistes de cette période de l’histoire de l’art. Elle est très à l’aise dans la conversation avec ces peintres un peu fêlés,écrit l’auteure, qui peignent le sable des plages en vermillon et japonisent à tout va. » - Pierre Tanguy
2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.