L'origine chrétienne de la science moderne

Précédé de « Mathématiques et Incarnation », par Julien Copin

Alexandre Kojeve, Julien COPIN
couverture
Dans « L’origine chrétienne de la science moderne », Alexandre Kojève soutient une thèse originale  : le christianisme n’a pas fait obstacle à la révolution copernicienne ; il en a au contraire créé les conditions discursives. Pour faire tourner la Terre dans le Ciel, où Copernic l’avait projetée, les fondateurs de la science moderne ont fait descendre les mathématiques du Ciel sur la Terre. Du Ciel, que les Grecs païens divinisaient. Sur la Terre, où Dieu s’était incarné selon les chrétiens. Le triomphe de l’héliocentrisme et l’avènement d’une physique nouvelle furent théologiquement conditionnés.

Ce texte bref et incisif aide à dissiper le malaise dans la civilisation qu’entretient la méconnaissance des fondements de notre modernité. Paru initialement chez Hermann en 1964 au sein d’un ouvrage collectif, il est aujourd’hui enfin publié à part, accompagné d’un commentaire de Julien Copin, « Mathématiques et Incarnation », qui éclaire l’ensemble de l’œuvre de Kojève.
2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.