Éloge de la guerre après la shoah

Michaël Bar-Zvi
couverture
L'époque contemporaine est paradoxale : alors que la guerre peut nous préserver des fléaux ou des catastrophes comme les génocides, le terrorisme ou la prolifération incontrôlée de l'arme atomique, elle est souvent perçue comme un recours immoral à la violence, qu'il faudrait condamner. Or, la seule leçon, pour autant que l'on puisse en tirer, de la Shoah et des crimes contre l'humanité qui ont suivi, est la nécessité éthique et politique de la guerre. La Shoah a été « possible » parce qu'à un moment de l'histoire, on a préféré « avoir la paix » ; et les usines de la mort ne se sont arrêtées que grâce à une volonté de combattre le nazisme jusqu'au bout. Il ne s'agit pas d'être belliciste, mais, depuis 1945, nous devons reconnaître la réalité d'une présence de la guerre comme recours moral. Dans cet essai, Michael Bar-Zvi, philosophe et ancien militaire, se fonde sur l'expérience de la déportation vécue par son père et sur son histoire personnelle pour montrer que la guerre, dans certaines circonstances et sous certaines conditions, doit être considérée comme l'un des seuls moyens de préserver la dignité de l'homme.
2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.