Rattacher les fils de sa vie

Trudel Mona, Sylvie Fortin
couverture
De quelles manières les arts visuels, la danse, la musique et le théâtre peuvent-ils concourir au rétablissement et à l’inclusion sociale de personnes marginalisées  qui vivent ou qui ont vécu l’itinérance, et qui composent avec des difficultés importantes de santé mentale, de toxicomanie et de pauvreté ? Dans le contexte d’une recherche d’une durée de trois ans, des ateliers d’art impliquant  une activation corporelle, un engagement de l’imaginaire, une stimulation cogni-

tive et des interactions sociales  ont été organisés en partenariat avec des  milieux communautaires et  de soins.  La recherche est devenue un véritable projet collaboratif entre des artistes pédagogues de ces quatre disciplines, des médecins spécialisés en psychiatrie urbaine et médecine des toxicomanies, des partenaires communautaires des milieux de l’itinérance et de la toxicomanie et des professeures-chercheures en art.

 

L’ouvrage pose un regard inédit sur les approches artistiques et pédagogiques déployées par des artistes pédagogues en complémentarité avec les  approches psychosociales et médicales.  Conjuguant  savoirs pratiques et théoriques, il offre une vision singulière du rôle que l’art peut jouer en soutien au rétablissement de personnes désaffiliées socialement et en rupture de sens.

 

Adoptant une perspective multidisciplinaire et intersectorielle sur la contribution de l’art  au rétablissement et à l’inclusion sociale de personnes marginalisées, l’ouvrage s’adresse à un public large provenant du domaine des arts, de la médiation culturelle, des sciences humaines et de la santé, intéressé par une réflexion unique sur la complémentarité entre l’art, le rétablissement et la communauté. 

 



 
2019 © éditions Hermann. Tous droits réservés.
Nous diffusons des cookies afin d'analyser le trafic sur ce site. Les informations concernant l'utilisation que vous faites de notre site nous sont transmises dans cette optique.