Recherche rapide

Recevez notre Newsletter !

L'excès du représentatif

100 pages, format 140 x 210 mm
Parution :

L'excès du représentatif

LE LANNOU Jean-Michel

Hermann Philosophie

Pour commander, cliquer sur la version souhaitée

livre Papier ISBN 9782705691103

  • Présentation
  • |
  • Auteurs
  • |
  • Sommaire
  • |
  • Revue de presse

Pourquoi identifions-nous spontanément toute œuvre d’art à une représentation ? D’où provient cette assimilation ? De la Poétique. Pourquoi cependant continuons-nous à trouver dans le texte d’Aristote la vérité de toute œuvre ? Tout art est-il représentatif ?

De fait, dans sa production comme dans sa réflexion, l’Art nous impose de renoncer au désir aristotélicien. Se délivrant de cette longue fascination, la philosophie doit dorénavant élaborer une esthétique des arts réels. L’Art n’est pensable dans sa spécificité (son excès de l’eïdos) qu’à la condition de cette rupture. Seule l’injonction néo-aristotélicienne du poétique ou désir d’impuissance enferme l’art dans la représentation. La même impuissance nous fait aimer notre initiale complaisance dans la figure. La philosophie ne libérera la compréhension de l’art, comme de l’être, que par l’abandon de ce désir de clôture. Comment parviendrons-nous donc à nous délivrer du désir représentatif – et par là à consentir à la puissance à l’œuvre en toute activité véritable (art et philosophie), c’est-à-dire au désir d’immensité ?