Recherche rapide

Recevez notre Newsletter !

La peinture

184 pages – 150 x 210 mm
Parution :

La peinture

VINCI Léonard (de)

Savoir arts

Pour commander, cliquer sur la version souhaitée

livre Papier ISBN 9782705689148

  • Présentation
  • |
  • Auteurs
  • |
  • Sommaire
  • |
  • Revue de presse

Présentation d’André Chastel.

 

Plus qu’un peintre, un penseur, un écrivain, un philosophe ou un inventeur de génie, Léonard de Vinci est un personnage mythique, comme en témoigne la profusion extraordinaire de publications portant sur lui-même et son œuvre. Cette aura légendaire a paradoxalement contribué à la méconnaissance du peintre et de sa figure historique.

 

La lecture des écrits de Vinci permet de mieux cerner les multiples facettes de l’artiste et de décoder les messages cryptés de ses tableaux. En s’appuyant sur les textes de l’un des plus grands génies de l’humanité, André Chastel explique et commente les thèmes essentiels de la pensée de ce « peintre-philosophe », depuis ses principes esthétiques jusqu’à sa conception de l’espace, de l’ombre et de la lumière.

 

En érudit de la Renaissance, Vinci situe son œuvre dans une perspective plus vaste qui relève à la fois de la cosmologie, de l’anthropologie, de l’optique, de l’analyse des passions et de technique picturale, ainsi que de la morale et de la déontologie du peintre. C’est dire la richesse extrême de ce texte majeur de l’histoire de l’art et de la pensée, auquel se sont référés les plus grands penseurs et artistes depuis Vasari et Poussin jusqu’à Picasso et Duchamp.

 

« Léonard a mis l’art en rapport avec un certain mode de vie. Ou mieux, il a conçu l’opération artistique comme un acte si complet, si ramifié, si délicieux à élaborer, adhérant à tant d’aspects imprévus de l’expérience, qu’il ne pouvait en être isolé et que les épisodes les plus saugrenus de la vie, comme les plus voluptueux, étaient des éléments essentiels plutôt que des déchets de cette activité totalisante.

 

La peinture est le miroir du cosmos. Léonard s’est donné beaucoup de mal pour établir que seule la peinture est l’interprète spéculatif adéquat du cosmos qui nous entoure. »


1ere édition Hermann en 2004.