Recherche rapide

Recevez notre Newsletter !

Dictionnaire analytique des toponymes imaginaires dans la littérature narrative de langue française (1605-1711)

630 pages – 150 x 230 mm
Parution :

Dictionnaire analytique des toponymes imaginaires dans la...

Suivi en annexe de la Lettre d’Ariste à Cleonte, contenant l’Apologie de l’Histoire du Temps ; ou la Defense du Royaume de Coqueterie (1660) de François Hédelin, abbé d’Aubignac

PIOFFET Marie-Christine (dir.)

Les collections de la République des Lettres

Pour commander, cliquer sur la version souhaitée

livre Papier ISBN 9782705684624

  • Présentation
  • |
  • Auteurs
  • |
  • Sommaire
  • |
  • Revue de presse

Le XVIIe siècle donne naissance à une prolifération de lieux imaginaires. De nombreuses cartes allégoriques, utopies et dystopies y voient le jour. Mais les romans, les contes de fées, les pamphlets, les chroniques mondaines et même les récits de voyages n’échappent pas à cette vogue, à tel point qu’on peut appréhender la topographie fictive comme un mode d’expression privilégié du Grand Siècle.


Le présent recueil se veut un guide des espaces sans référent, de leur configuration et de leurs enjeux symboliques ou idéologiques. Il permettra au lecteur de revisiter des lieux célèbres comme le pays de Tendre ou la mythique Terre Australe, ainsi que des territoires méconnus mais particulièrement riches de signification. La topographie métaphorique a également alimenté de nombreux débats. Les violentes polémiques suscitées autour de la publication de la Nouvelle allegorique ou Histoire des derniers troubles arrivez au Royaume d’Éloquence (1658) d’Antoine Furetière et de la Carte de Tendre (1654) esquissée par Madeleine de Scudéry montrent à quel point les représentations de pays imaginaires cristallisaient les passions. S’ensuivent également plusieurs discussions théoriques. Pour témoigner de la vivacité de ces échanges, figure en annexe une réédition critique de la Lettre d’Ariste à Cleonte contenant l’Apologie de l’Histoire du Temps ; ou la Defense du Royaume de Coqueterie par François Hédelin, dit l’abbé d’Aubignac. Ce remarquable traité, publié pour la première fois en 1659 puis réédité en 1660, dresse une véritable poétique du lieu imaginaire et une histoire de l’allégorie depuis l’Ancien Testament jusqu’à l’époque classique.